Retourner à la page précédente

PSYCHIATRIE, PSYCHANALYSE et PSYCHOTHÉRAPIES
Apports réciproques

Le vendredi 18 Novembre 2016

Strasbourg
Amphi Musée d’Art Moderne - 1 Place Hans Jean Arp

ARGUMENT

Si le soin psychique en médecine a initialement émergé dans le contexte de l’institution psychiatrique, son essor hors de l’institution a été rendu possible grâce au développement de la psychanalyse. Celle-ci a longtemps été le domaine (théorique et pratique) de référence privilégié de beaucoup de psychiatres et cette histoire a permis que celle-ci soit longtemps considérée comme la seule pratique thérapeutique pertinente pour les soins psychiques, en particulier dans le domaine des névroses. Mais peu à peu, pour des raisons théoriques mais également pratiques, d’autres courants de psychothérapies et d’autres méthodes permettant de soulager la souffrance psychique ont émergé. Ces développements ont donné lieu, au fil de l’histoire, à certaines incompréhensions puis, de plus en plus, à des rencontres et partages entre psychiatrie, psychanalyse et autres psychothérapies, souvent riches et féconds, parfois encore passionnels.

Cette journée d’automne de la Société de Psychiatrie de l’Est, organisée à Strasbourg en partenariat avec la Fédération Européenne de Psychanalyse et l’Ecole Psychanalytique de Strasbourg (FEDEPSY), se propose de mettre l’accent sur les apports réciproques que psychiatrie, psychanalyse et autres psychothérapies ont retiré de leurs interactions et pourraient attendre de leurs collaborations (futures).

Elle débutera par une mise en perspective des bénéfices réciproques issus de la rencontre entre psychiatrie et psychanalyse, après plus de 100 ans de coexistence.

Elle se poursuivra par des interventions sur la question de l’enseignement de la psychanalyse à l’université, sur la mise en pratique aujourd’hui de la psychanalyse en psychiatrie libérale, sur une étude concernant l’attente des futurs psychiatres en ce qui concerne la formation aux différents courants de psychothérapies et enfin sur les interactions entre ces différents courants de psychothérapies, plus de 35 ans après l’émergence aux Etats-Unis d’initiatives visant à stimuler les échanges entre eux. De nouvelles méthodes de soulagement de la souffrance psychique comme l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), entre autres, nous retiendront également pour discuter de leur statut, ou non, de psychothérapie.

La journée d’automne de la SPE du 21 novembre 2015 à Strasbourg a pour ambition d’apporter un éclairage pluridisciplinaire sur cette évolution, ses paradoxes et de poser quelques questions et repères sur ses implications cliniques concernant le devenir des enfants au sein de « la famille » du début du XXIème siècle.

 

 
   


Retourner à la page précédente
Haut de page |  © SPE 2007